Rencontre avec la tribu Karen de Thaïlande

La tribu Karen est un groupe ethnique vivant principalement dans les régions montagneuses du nord de la Thaïlande, près de Chiang Mai. Connus pour leurs traditions uniques et leur mode de vie traditionnel, les Karen ont une culture riche qui remonte à des siècles. Les femmes Karen sont célèbres pour leur habillement distinctif, notamment leurs robes colorées et leurs longs colliers en argent. Ils sont également connus pour leurs compétences artisanales, en particulier la fabrication de textiles à la main et de bijoux. Les Karen pratiquent souvent l’agriculture sur brûlis et vivent en harmonie avec la nature environnante. Malgré les changements sociaux et économiques, la tribu Karen reste profondément attachée à ses traditions et à sa communauté. J’ai eu la chance de partir deux jours et une nuit randonner à travers les villages Karen pour rencontrer une famille, leur culture et leur mode de vie. Je vous raconte…

 

Karen Thaïlande minorité ethnique

 

En randonnée dans les montagnes du nord de la Thaïlande près de Chiang Mai

Après avoir passé quelques jours à Chiang Mai, dans le nord de la Thaïlande, je ressens le besoin de quitter la ville pour aller au plus proche de la nature mais également des habitants. J’ai entendu parler d’une petite agence locale qui met les voyageurs en relation avec des guides de la tribu Karen afin d’aller passer quelques jours dans les communautés Karen, dans les villages de montagne. Je décide donc de partir faire un trek de 2 jours dans le parc national de Mae Wang.
Le réveil est très matinal puisque l’on quitte la ville de Chiang Mai à 7h00 ce matin. Je rejoins une famille bretonne avec 2 enfants et une amie de la famille dans le taxi traditionnel thaïlandais. Nous ne le savons pas encore mais nous allons partager un moment très fort ensemble que l’on oubliera probablement jamais.

Après presque 2 heures de route, nous arrivons dans le parc national de Mae Wang. C’est là que nous retrouvons notre guide, Poe. Poe est d’origine Karen et souhaite créer des liens entre sa communauté et les voyageurs du monde entier. Après s’être assuré que nous avions des chaussures de marche et assez d’eau, Poe nous fait signe de le suivre… C’est là que l’on commence la randonnée. La randonnée (ou devrais-je dire la balade) est plutôt tranquille. Nous sommes d’abord sur des sentiers de terre d’où l’on aperçoit au loin quelques habitations, et ensuite on arrive dans la jungle. C’est un réel bonheur d’être dans la nature, déconnectés du monde extérieur. Ici il n’y a pas vraiment de réseau et on ne croise pas grand monde, si ce n’est quelques insectes. La randonnée n’est pas difficile mais il fait très chaud et en longeant un petit ruisseau je n’ai qu’une seule envie : mettre la tête dans l’eau!

Pause nature au milieu d’une cascade

Après 2h30 de marche, nous arrivons dans un petit endroit paradisiaque: une cascade sauvage ! Notre guide Poe nous indique que l’on peut prendre le temps de se baigner et de se rafraichir et c’est également ici que l’on va s’arrêter pour le repas de midi. Des personnes sur place nous préparent un délicieux repas: du poisson accompagné d’un riz aux légumes servi dans des feuilles de bananier. Le repas est délicieux et je peux même dire maintenant que c’est l’un des meilleurs repas que j’ai testé pendant tout mon voyage en Thaïlande !

*Petite anecdote: le poisson que nous mangeons a été acheté le matin même sur le marché où nous nous sommes arrêtés tous ensemble. Il a été emballé vivant dans un sac plastique et était posé juste en dessous de moi dans le taxi-tuktuk – sous une chaleur écrasante bien sûr. On ne l’avait pas vu tout de suite mais on entendait un drôle de bruit de temps en temps et après avoir cherché d’où provenait ces bruits, on a découvert ce pauvre poisson qui remuait la queue…
(Petite pensée émue pour le poisson bien sûr, mais petite pensée également pour mon système immunitaire 😉 )

Rencontres touchantes

Après cette pause déjeuner bien méritée, nous repartons des plus belles sur des chemins assez escarpés mais toujours très dépaysants. Après 1 ou 2 heures de marche, on atteint un premier village de la tribu Karen. Le dépaysement est toujours présent puisque les maisons ici sont construites avec du bambou en étant surélevée pour laisser la place aux animaux. En traversant le village, on croise les habitants qui sont assis devant chez eux ou qui se promènent dans la rue. Grâce à notre guide Poe (qui joue l’interprète), on réussi à partager et à discuter. On n’est clairement pas dans un endroit touristique et cela se ressent. En discutant avec notre guide Poe (qui sert d’interprète)  je propose à certaines personnes de les prendre en photo et de leur partager ces clichés par la suite. Elles sourient et l’idée séduit ! (D’ailleurs les photos sont envoyées au moment où je publie cet article…)

En fin d’après-midi, on arrive devant une école primaire à la sortie des classes et les élèves nous invitent à un match de foot. Je n’ai pas le temps de me diriger vers le terrain de jeu que des petites filles viennent me prendre par la main pour m’inviter à danser avec elles. C’est  un moment privilégié, qui se vit à travers des sourires et des mimes pour se faire comprendre !

 

Une nuit chez les Karen en Thaïlande

Après ce beau moment de rencontres et d’échanges, on repart pour rejoindre la maison d’une famille Karen chez qui nous allons passer la nuit. C’est une maison construite en bambou dans laquelle il faut marcher pied nus. Il n’y a pas de fenêtre, la maison est ouverte aux 4 vents, pour ventiler le feu de bois qui sert de cuisine. Comme les autres maisons, elle est construite en hauteur car en dessous se trouvent la nourriture pour les animaux et divers rangements. Très sobres, les chambres sont équipées de matelas au ras du sol avec des moustiquaires pour la nuit. On se dirige vers ce qui pourrait être le salon et là, je laisse échapper un Waouh… La vue est magnifique !
Nous sommes littéralement seuls au milieu de la nature et des vaches. Le seul bémol à cette vue est l’odeur de fumée qui se dégage des alentours… Nous sommes au mois de février et la saison des brulis a déjà commencé (Et dans cette région, les agriculteurs brulent les terres à la fin de la saison de récolte avant la nouvelle saison)…

Quelques instants après avoir posé mon sac sur mon lit, je retrouve Dada, une petite fille qui était à la sortie d’école tout à l’heure. Dada vit avec son oncle et sa grand mère dans cette maison. Elle me regarde avec un grand sourire. Du haut de ses 12 ans, elle ne parle pas anglais mais a un regard très expressif. Elle me fait signe de la suivre et nous partons toutes les deux dans la forêt jusqu’à un point de vue…
Je ne peux pas vraiment lui parler mais la communication non verbale fonctionne à merveille !

On rentre ensuite à la maison retrouver la famille avec qui je partage cette expérience et on se réunit tous ensemble pour préparer le repas. Avant la tombée de la nuit, on profite également de la lumière du soleil pour aller prendre notre douche (froide) tant que l’on y voit quelque chose, puisqu’il n’y a pas d’électricité dans la maison et donc pas de lumière dès la tombée de la nuit. (Mais heureusement, j’ai pris une lampe de poche avec moi). Au moment du repas, c’est également le moment d’en apprendre davantage sur les Karen et leur manière de vivre toujours très authentique. Nous sommes assis tous ensemble par terre autour de cette grande table en bois. Nous illuminons la table avec quelques bougies et nos téléphones (enfin, pour ceux qui ont de la batterie) et j’ai l’impression de vivre un moment suspendu dans le temps…

À la fin du repas, on s’assied tous ensemble autour du feu de bois afin de nous réchauffer tout en admirant les étoiles dans le ciel. Nos hôtes nous proposent de cuisiner le dessert: du sticky rice. On cuit donc du riz dans une tige de bambou sur le feu pendant une heure… Le processus est long, mais le sticky rice est juste délicieux !
Avant de me coucher, après cette journée très intense, j’ai des étoiles plein les yeux pour tout ce que je viens de vivre ! C’est magique !

Le lendemain matin, je me réveille doucement avec les bruits de la nature (et surtout le chant des coq) dans ce petit village Karen. Il est très tôt mais ce n’est pas grave, j’observe le soleil pointer le bout de son nez derrière la colline. L’endroit est paisible et sans distraction (d’ailleurs il n’y a pas de wifi – oui, forcément puisqu’il n’y a ni électricité ni réseau). Vers 9h00 on quitte la maison et la famille qui nous a accueilli pour reprendre la route…

Mon expérience continuera dans un centre de sauvetage d’éléphants, pas comme les autres. Je vous partagerai cette expérience très prochainement sur le blog…

Mon retour sur cette touchante expérience 

J’ai passé une journée et une nuit absolument incroyables !
C’était un peu comme une parenthèse pendant laquelle je sors de ma zone de comfort, car plus d’électricité, plus de réseau, plus de repères, mais en même temps c’était un moment si riche. C’est en vivant ces expériences, déconnectée de tous mes repères, et au plus proche de la vie que je prends conscience que l’on perd vite le sens premier et ce qui est vraiment essentiel lorsque l’on vit notre petit train-train quotidien. La richesse ne se trouve guère dans ce qui est matériel puisque l’on peut être sans rien mais être tellement bien. Pour moi, ces deux jours ont été l’un de mes plus beaux souvenirs durant mes 6 semaines en Thaïlande.

Je me sens très chanceuse de pouvoir vivre cette expérience et je ne peux que la recommander à tous les voyageurs et les voyageuses curieuses !
Alors n’hésitez plus et osez partir à la rencontre de l’autre !

Comment partir à la rencontre des Karen en Thaïlande

  • Je conseille de se renseigner sur les petites agences locales qui proposent ces expériences. Personnellement, j’ai contacté Marine, une française, qui gère Adventhaï (pour plus d’infos, laissez-moi un message). Marine est mariée à un thaïlandais d’origine Karen et ils vivent tous les deux dans le nord de la Thaïlande.
  • Le parc national de Mae Wang se situe à environ 1 heure de route de Chiang Mai
  • Je conseille de parler anglais pour pouvoir échanger avec les guides (qui peuvent servir d’interprète avec les communautés qui parlent peu anglais)
  • Je conseille de partir au moins 2 jours et de dormir une nuit sur place (même si la nuit est très rudimentaire, c’est le moment le plus intense et le plus beau du voyage. C’est aussi la meilleure manière de pouvoir prendre le temps d’échanger). A éviter les « excursions » d’une journée, qui sont des excursions touristiques et pas du tout basées sur les échanges.
  • Pour en savoir plus sur la minorité Karen, voir ici

 

Pour découvrir mon itinéraire complet en Thaïlande:

 

Si vous avez des questions ou si vous souhaitez partager votre expérience, votre ressenti, laissez-moi un petit commentaire 🙂

More from Florence
Le Frioul-Vénétie Julienne en Italie: entre nature et culture
Le Frioul-Vénétie Julienne (Friuli Venezia Giulia), situé au nord-est de l'Italie, est l'une des...
Read More
Join the Conversation

20 Comments

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. says: Carriere

    Bonjour,

    Merci pour cet article qui m’a convaincu !

    Auriez vous le contact de Marine ? Je souhaiterai vivre cette expérience lors de séjour à Chang Mai.

    Merci

  2. says: Pauline

    Merci beaucoup pour cet article, très inspirant pour mon séjour dans la proving de Mae Hong Song. Serait-il possible d’avoir le contact de l’agence / la personne que vous avez contactée pour ce trek ? Merci, Pauline

  3. says: Jodie

    Bonjour, je viens de découvrir ce joli er touchant récit. L’authenticité dans les voyages est ce qu’il y a de plus précieux et inoubliable.
    Serait-il possible d’avoir le contact de Marine ? Un grand merci 😉

  4. says: Delphine

    Bonjour Florence
    Nous souhaitons également faire la découverte de la tribu Karen
    Pourriez-vous svp les donner les coordonnées de Marine ?
    Merci et bonne soirée delphine

  5. says: Mélanie

    Bonjour Florence,
    Quel beau résumé de notre expérience dans le parc de Mae Wang 😍. Nous garderons également toute notre vie des souvenirs de ce moment hors du temps au milieu de paysages magnifiques et de personnes authentiques. Pour nous aussi ce fut l’un des meilleurs moments de notre périple en Thaïlande.
    Bonne continuation dans tes aventures autour du monde (les photos de l’Indonésie donnent clairement envie de répartir 😉)
    Mélanie, Anthony, Romain, Clara, Nathalie.

  6. says: Tim

    Bonjour Florence et félicitations pour ce bel article !
    J’aimerais beaucoup tenter cette expérience moi aussi, peux-tu me donner un contact par mail, ce serait top !
    Ça m’intéresserait aussi de savoir quel centre de sauvetage d’éléphants tu as visité et ce que tu en as pensé. Je sais que ce n’est pas toujours évident de distinguer les centres qui oeuvrent vraiment pour le bien-être des éléphants de ceux qui ne sont que des arnaques à touristes.
    Merci beaucoup

  7. says: Timour

    Bonjour Florence et félicitations pour ce bel article !
    J’aimerais beaucoup tenter cette expérience moi aussi, peux-tu me donner un contact par mail, ce serait top !
    Ça m’intéresserait aussi de savoir quel centre de sauvetage d’éléphants tu as visité et ce que tu en as pensé. Je sais que ce n’est pas toujours évident de distinguer les centres qui oeuvrent vraiment pour le bien-être des éléphants de ceux qui ne sont que des arnaques à touristes.
    Merci beaucoup

  8. says: VALERIE LEO

    Bonjour Florence.
    Votre récit laisse rêveur! J’ai lu pas mal de blogs avec des personnes qui ont visité des villages ethniques et cela m’a découragée car trop souvent peu authentique. En revanche, vous semblez avoir fait une belle découverte et une sacrée expérience. Je me permets donc de vous demandez les coordonnées de votre contact locale ainsi que celui pour la visite d’un sanctuaire d’éléphants .
    Je vous remercie pour votre blog et pour les informations que vous voudrez bien me communiquer.
    A très vite
    Valérie

  9. says: Emilie A

    Bonjour Florence,
    Nous partons à 2 familles en février et rêvons de faire le même genre de trek que celui décrit dans votre article.
    Est-il possible d’avoir les coordonnées de la petite agence ?
    Merci par avance pour l’information

  10. says: Alice

    Bonjour Florence,
    Je suis également tombée sur votre blog en cherchant des excusions authentiques, Avec une amie nous partons fin novembre à Chang Mai et nous serions intéressée de vivre l’expérience avec la tribu Karen dont si cela est possible, pourriez vous nous partager le contact de Marine ?. Merci infiniment pour votre partage. Alice

  11. says: Alice

    Bonjour Florence,
    Je suis également tombée sur votre blog en cherchant des excusions authentiques, Avec une amie nous partons fin novembre à Chang Mai et nous serions intéressée d’avoir le contact de Marine du guide local afin de rencontrer la tribu Karen dont vous mentionnée le nom si cela est possible. Merci infiniment pour votre partage. Alice

  12. says: Juliette

    Bonjour,
    J’ai adoré ton récit et aimerais aussi vivre ce genre d’expérience. Je vais à Chiang Mai début novembre. Est-ce possible d’avoir le contact de Marine s’il te plaît ?
    Merci beaucoup,
    Juliette

    1. says: Florence - Reporter on the road

      Hello Juliette, merci beaucoup pour ton retour sur mon expérience à Chiang Mai dans la communauté Karen. Je t’envoie un email de suite 🙂

  13. says: Charles

    Bonjour, super article qui donne tres envie. J’ai fait un trek avec nuit dans la foret du Ratanikiri au Cambodge et j’aimerais aussi avoir le contact de Marine pour un voyage a Chiang Mai en Octobre de cette annee, pourrais tu me le donner s’il te plait? Merci beaucoup!

    1. says: Florence - Reporter on the road

      Bonjour Charles,
      Merci pour ton message 🙂
      Oui bien sûr, je vais te mettre directement en contact avec elle (je t’envoie un email).
      Bon voyage à Chiang Mai, j’ai adoré cette région du nord de la Thailande !

  14. says: Lola Decroo

    Bonjour,
    Après la lecture de ton article, j’ai hâte de vivre des expériences similaires lors de mon voyage prévu en novembre.
    Si c’est possible d’avoir le contact qui t’a permis de vivre cette superbe expérience.
    Je te remercie,
    Bonne journée

    1. says: Florence - Reporter on the road

      Bonjour Lola 🙂 avec grand plaisir. Je t’envoie un email pour te partager toutes les infos et si tu as d’autres questions, n’hésites pas!

      1. says: Chlo Binnemans

        Coucou, pourrais tu me partager les coordonnes de ton guide Poe? Je cherche deseperement une expérience authentique mais tout semble touristique.

        1000 mercis pour ton partage

    2. says: Charlye

      Bonjour Florence ,

      Je suis tombé par hasard sur ton blog en cherchant des activités moins touristiques. En effet je part en septembre avec des amis et nous adorions faire une excursion authentique sur Chiang Mai si c’est possible d’avoir les coordonnées de la personne qui t’a fait vivre cette expérience hors du commun nous serions ravis.

      A très bientôt sur de nouvelles routes 🙂