Voyage et écologie: faut-il faire un choix ?

Je fais partie de cette génération qui prend l’avion comme s’il s’agissait d’aller au cinéma. Je passe mon temps libre à planifier et organiser des week-end d’évasion. Je dédie mes principales économies pour mes vacances. Bref, j’adore voyager.
Tout allait bien jusqu’à ce que je prenne conscience : et l’environnement dans tout ça ?

Les conséquences du tourisme 

Gestion négligée des déchets, surconsommation des ressources naturelles, hausse de la pollution, il y a de quoi s’interroger sur les bienfaits du voyage…
Etonnement, je n’y avais pas pensé avant. Je n’avais jamais songé au fait que tous mes voyages, tous mes déplacements, tous mes plaisirs pouvaient avoir de lourdes conséquences pour l’environnement. Après quelques discussions entre amis et des recherches sur le sujet, je ne peux plus faire semblant de ne pas savoir. Il existe un véritable problème: le tourisme de masse incontrôlé.
Ce tourisme est une plaie pour la nature, pour certains sites naturels et historiques et même pour les animaux sauvages. De plus, l’arrivée en grand nombre de voyageurs dans certaines villes pose de nombreux problèmes. Par exemple, les habitants de Venise, Barcelone et Dubrovnik ont décidé de mettre un “stop” au tourisme de masse excessif.

Le tourisme de masse et moi

Au début, j’ai pensé que je ne participais pas à ce “tourisme de masse”. Moi qui ne voyage pas avec des tours organisés et qui ne pars pas faire une croisière dans la Méditerranée, je ne suis certainement pas vue comme ces “autres touristes”…
Et pourtant, si on y réfléchit, nous sommes tous témoins de l’expansion des compagnies aériennes low-cost qui nous permettent de nous déplacer, comme bon nous semble, à travers toute l’Europe et le monde. Nous avons tous envie d’aller voir ces lieux qui nous sont présentés sur Instagram ou YouTube et qui ont l’air tellement “cool”.
Donc lorsque l’on entend parler de “tourisme de masse”, il s’agit aussi de nous. Peu importe que l’on voyage en sac à dos et que l’on fasse du camping, nous faisons partie de ce mouvement.
Cette deuxième prise de conscience a été assez frappante pour moi. 

Les impacts négatifs de l’industrie du tourisme se manifestent quand le niveau de l’impact environnemental des touristes est supérieur à la capacité de l’environnement à s’y adapter.

Voyage et écologie, faut-il choisir ?

J’ai donc réalisé que j’étais dans une situation très inconfortable: j’adore voyager mais je suis très engagée pour l’écologie et pour la préservation de notre belle planète.
Du coup, est-ce que  je contribue à la dégradation de la nature, lorsque je voyage ?
Voyager et protéger la planète sont-ils incompatibles ? La question me taraude depuis plusieurs mois…

Le sujet me tient à coeur, même si j’ai peur de connaître la vérité. J’ai cherché à savoir s’il était possible de continuer à voyager – comme on le fait aujourd’hui – tout en protégeant l’environnement, ou du moins sans aggraver l’état de notre planète, et sans avoir un impact négatif pour le pays et les populations locales que l’on visite ?

Heureusement, il y existe une piste de solution. Oui, il est possible de voyager de manière écologique et responsable.

Le tourisme éco-responsable

A priori, le tourisme éco-responsable se définirait comme l’opposé du tourisme de masse. Devenu de plus en plus tendance, on retrouve de nombreuses agences qui proposent des voyages responsables, de faire de l’éco-tourisme,…

Eco-tourisme ? Voyage responsable? Ça veut dire quoi?  

➵ L’éco-tourisme est le tourisme qui limite au maximum l’impact sur l’environnement des visiteurs. Ce sont les voyages qui tentent d’être plus respectueux envers l’environnement et de ne pas laisser une empreinte écologique trop importante (pollution due au transport, au mode de vie, aux déchets produits,…). L’éco-tourisme est un modèle alternatif du tourisme traditionnel qui consiste à donner une expérience plus « verte ».
➵ Le tourisme responsable tient compte de la situation et de l’environnement local dans lequel on se rend. Il inclut des actions de sensibilisation des visiteurs aux enjeux pour la protection de la faune, de la flore et de la population locale d’un pays ou d’une région. Le tourisme responsable est donc différent du tourisme de masse et vise à voyager tout en préservant la nature et respecter les pays et les populations locales…

Et concrètement, qu’est-ce que ça signifie?

Un voyageur éco-responsable est un voyageur qui tente d’adopter une attitude écologique et responsable lorsqu’il ou elle  voyage, donc d’avoir un impact minime sur l’environnement et un impact positif sur les populations locales. Il n’y a pas une seule et bonne façon de le faire. 

Témoignage d’une voyageuse Verte

J’ai fait la connaissance d’Amélie et de son Blog The Green September il y a quelque temps, et j’ai appris énormément sur le sujet. Amélie a accepté de partager son expérience sur le voyage éco-responsable. Elle prépare d’ailleurs un petit guide « Mon bagage de voyageuse responsable » qui sera en téléchargement sur son blog prochainement !

Bonjour Amélie! Tout d’abord, explique nous, pourquoi est-ce important de voyager de manière éco-responsable ?

« Bonjour Florence! Alors disons que j’ai toujours eu une conscience écologique mais en grandissant c’est devenu de plus en plus fort. Il m’est impossible de fermer les yeux sur mon impact sur l’environnement. Chaque action a son importance et c’est à chacun de se donner une discipline à ce sujet si nous voulons laisser un monde meilleur aux générations futures.  Si nous continuons à agir égoïstement, il n’y aura pas de générations futures ou elles vivront dans des conditions déplorables. Ce n’est personnellement pas l’avenir que je souhaite à l’humanité. » Amélie Green-September

Est-ce que les voyages éco-responsables demandent beaucoup de contraintes et restrictions vis à vis de certaines destinations ?

« Je m’informe toujours sur ma destination, je fais des recherches poussées et j’essaye de prendre ma décision en connaissance de cause. Certains pays sont loin d’accorder les mêmes droits qu’en France, mais vivent grâce au tourisme alors il faut avoir conscience de l’impact économique que peut avoir le boycott d’une destination.
Je ne boycotte donc aucune destination, par principe, mais en fonction de mes recherches, je privilégierais une autre destination ou j’adapterais mon comportement sur place pour essayer d’apporter le maximum de valeur ajoutée. » Amélie

Penses-tu que les voyages et la protection de la nature sont compatibles ?

« Oui, je préfère être optimiste et me dire que si chacun pouvait se responsabiliser, nous aurions moins de problèmes. la plupart des déchets qui polluent les plages, les rues, les océans etc… sont générés par les humains qui prennent la nature pour une poubelle.
Et si vous voyez un déchet à côté de vous sur une plage, plutôt que d’affirmer haut et fort « les gens sont sales », prenez le déchet et jetez-le à la poubelle ! chaque geste compte. »

Pour conclure

J’ai décidé d’aborder ce sujet après avoir pris conscience de l’impact de notre vie sur l’environnement. Je change, petit à petit, mes habitudes de la vie quotidienne pour diminuer ma consommation de déchets ou de consommation, et donc évidemment j’ai commencé à réfléchir à la place de mes voyages dans tout ça. Le sujet est également au coeur des débats politiques, scientifiques et citoyens. Même s’il est indispensable que les gestes environnementaux soient globaux et que des mesures politiques soient mises en place aux quatre coins du globe, chacun peut jouer un rôle.
Le plus important c’est de prendre conscience de l’importance de l’enjeu. Il ne s’agit pas d’arrêter de voyager ou encore moins de culpabiliser pour l’un ou l’autre voyage (pas trop écolo), mais simplement de porter un regard nouveau sur ce qui nous paraît si évident.

 

  • Pour toutes les infos sur le boom touristique du 21ème siècle, voir le site de l’Organisation Mondiale du Commerce ici et ses infographies ici
  • Un article très intéressant sur l’éco-tourisme et les dangers du tourisme de masse incontrôlé: Ressources et environnement “Le tourisme, la pollution et l’éco-tourisme”

Partagez votre expérience !

Et vous, quel type de voyageur êtes-vous ?

 

More from Florence

Faire sa valise pour l’Inde

Petits conseils pour ceux et celles qui préparent leur valise pour l’Inde....
Read More

5 Comments

    • Salut Arnaud 🙂 Merci beaucoup pour ton commentaire ! Je suis d’accord avec toi, ce n’est pas facile et ça demande pas mal d’effort, mais je pense qu’il suffit d’y aller petit pas par petit pas. Personnellement je suis au stade de la prise de conscience… C’est déjà un bon début 🙂

  • En ce moment c’est un peu ce qu’on entend sous tous les fronts et je trouve ton article au top. Cette année j’ai décidé de faire “attention” et surtout de ne pas être “excessive” niveau avion et déplacements. Nous essayons de ne pas faire de weekend de ” deux jours ” par exemple faire 3 heures de vol pour seulement deux jours c’est vrai que quand on y pense c’est abusif. Je fais énormément de randonnées et de découvertes près de chez moi et je pense qu’on devrait tous aussi apprendre à vivre des aventures autour de chez soi avant d’aller parcourir le bout du monde, ça aide beaucoup à patienter entre les voyages sans se sentir restreint ou emprisonnés. C’est déjà un pas supplémentaire. Je pense qu’on est tous capable d’apporter une touche écologique dans nos voyages et j’espère que ces petits rien feront bientôt des TOUT =)

    • J’ai l’impression qu’il y a eu une énorme prise de conscience et que nous sommes très nombreux à avoir ouvert les yeux sur notre impact. J’ai l’impression de me lire dans tes “changements”, puisque ce sont ceux auxquels j’aspire aussi pour cette année et celles à venir… Je pense aussi qu’en tant que blogueurs on a un petit rôle à jouer. La promotion du “slow travel” et des visites et découvertes proches de chez nous peuvent montrer la tendance que même chez nous, on peut se dépayser et on peut “partir découvrir” ! Je te rejoins à 100% 🙂

  • Merci pour cet article très intéressant. C’est difficile et très frustrant d’être à la fois écolo et passionné de voyage… Pour ma part j’ai décidé de limiter mes trajets en avion, même si je sais que je pourrais difficilement totalement arrêter (il y a tellement de belles destinations lointaines…) du coup cette année on va partir en Italie plutôt qu’en Asie, et l’année prochaine peut-être qu’on pourra s’octroyer une destination un peu plus lointaine 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *