Conseils pratiques pour voyager éco-responsable

Le monde évolue, les manières de voyager aussi. Des mouvements de voyageurs soucieux de l’environnement inversent la tendance et montrent l’importance de changer nos habitudes. Il y a quelques mois je partageais ma réflexion sur la compatibilité du voyage avec l’écologie, aujourd’hui je souhaite apporter quelques solutions pour voyager différemment et plus respectueusement de la nature et de l’autre. Comment voyager écolo, en réduisant son empreinte carbone.  Comment voyager de manière éco-responsable.

A une époque où nous sommes plus de 4,3 milliards à nous déplacer en avion et où le tourisme connaît une expansion continue, il est tout à fait normal de s’interroger sur l’impact des voyages et du tourisme, et sur notre manière de voyager. La question est d’autant plus importante dans un contexte où les mobilisations pour le climat et la sensibilisation au zéro déchet se font de plus en plus grandes. En effet, on le sait, les voyages et le tourisme de masse représentent une menace pour l’environnement, pour certains sites naturels et historiques et pour le développement local de certaines régions du monde. Heureusement, il existe de nombreuses solutions et alternatives à notre mode actuel de voyager. Dans cet article, je vous partage quelques conseils pratiques pour devenir un voyageur éco-responsable.

 

Les gestes à adopter pour voyager de manière écologique et responsable

Avant le départ 

Il est important de s’informer sur sa destination avant de partir. D’un côté s’interroger sur la politique environnementale du pays peut permettre de savoir à quoi s’attendre au niveau des déchets, de la qualité de l’air et de l’eau (par exemple, est-ce qu’il y a de l’eau potable ou faut-il prévoir de prendre une gourde filtrante avec soi pour éviter de devoir acheter des bouteilles en plastique?).
De l’autre côté, se renseigner sur le type de gouvernement qui est au pouvoir ou sur la situation politique du pays peut permettre d’être au courant d’éventuelles injustices pour les citoyens du pays en question ou d’éventuelles violations des droits de l’homme,…
Chaque voyageur est libre de choisir sa destination, mais le voyageur éco-responsable est un voyageur averti qui tâchera à ne pas avoir un impact négatif sur les populations locales (Est-ce que j’ai envie d’aller dans un parc aquatique si je sais que le pays est ravagé par une grande sécheresse?).  

Sur place 

Voyager signifie découvrir d’autres lieux, d’autres modes de vie mais aussi sortir de sa zone de comfort.  C’est important de respecter la culture de l’autre et son environnement. Dans l’idéal on est curieux, ouvert d’esprit et, surtout, tolérant face aux coutumes et aux traditions que l’on découvre à l’étranger. Dans chaque région du monde, les gens ont leur propres habitudes, leur propre normalité. Il faut éviter de juger en référence à ses propres valeurs et arrêter de croire que ses propres habitudes sont les meilleures. Personnellement, j’ai toujours eu beaucoup de mal à comprendre et accepter les mariages arrangés. Pourtant, après avoir vécu en Inde, j’ai très vite compris que le mariage arrangé était la norme dans la culture indienne, comme dans beaucoup d’autres pays du monde. Alors, même si cette tradition me paraissait outrageuse, je me suis intéressée au sujet et j’en ai discuté avec beaucoup de gens pour en savoir davantage. On peut, bien évidemment, ne pas être d’accord avec cette coutume mais il faut être conscient que notre vision du monde n’est pas la seule et est loin d’être “la meilleure”. Cela vaut pour beaucoup d’autres traditions. L’ouverture d’esprit et la curiosité sont les maîtres mots.



Pour se déplacer

Une fois que l’on est sur place, on a différentes manières de se déplacer pour visiter une région ou un pays. Ca peut paraitre très tentant de voir le plus possible en un minimum de temps, et pourtant… Prendre le temps de découvrir chaque endroit c’est se donner une chance d’apprécier davantage le lieu en question. C’est aussi se donner une chance de pouvoir rencontrer les populations locales, de leur montrer que l’on veut les rencontrer et pas seulement rapporter les plus belles photos Instagram. Privilégier le vélo ou ses pieds lorsque l’on est sur place, ou les transports en commun et le co-voiturage, permet d’éviter une voiture de plus (et si vous êtes en voyage dans une ville Asiatique, vous comprenez toute l’importance)
» Et l’avion? L’avion est parfois le seul moyen disponible pour se déplacer et on ne peut pas l’éviter. L’idéal serait d’éviter de prendre l’avion pour de très courts séjours (type un week-end par ci ou par là) ou pour des distances qui peuvent facilement se faire en train, par exemple. (Oui, c’est un gros défi! D’ailleurs, si vous avez une expérience positive à partager sur le sujet, je suis toute ouïe)

Pour manger

C’est un point qui peut paraitre banal et pourtant l’alimentation joue un rôle fondamental dans l’écologie et la responsabilité d’un voyageur. Lorsque l’on est à l’étranger, il serait presque obligatoire de manger local (quelle tristesse de s’arrêter chez Burger King alors que le petit restaurant du coin de la rue prépare les meilleurs plats typiques de la région!). Non seulement, c’est meilleur mais en plus ça permet de faire vivre l’économie locale (et non pas une chaîne de restauration millionaire): C’est du gagnant-gagnant!  En plus, il y a beaucoup plus de chance qu’en mangeant local on vous propose des aliments de saison, alors autant profiter d’être au Brésil pour manger des bananes brésiliennes ou d’être en Nouvelle Zélande pour manger des kiwis néo-zélandais (oui je sais, les stéréotypes!).


Quelles activités? 

Le choix des activités a aussi toute son importance car il a un impact direct sur l’économie locale et sur l’environnement. De manière générale, les activités à privilégier sont les activités locales. En choisissant des activités locales, organisées par des gens sur place, on s’offre une chance de rencontrer la population locale, de pouvoir partager des expériences et des avis.  Encore faut-il que ces activités ne nuisent pas à la vie des habitants locaux ou ne maltraitent pas les animaux.
Les balades en éléphant, très populaires en Thaïlande par exemple, ont été pointées du doigts par de nombreux voyageurs et défenseurs d’animaux puisqu’elles cachent une réalité très cruelle pour les éléphants. Il en va de même pour les bébés tigres que l’on peut nourrir et caresser dans une cage. (Je dois avouer qu’il y a quelques années, je l’ignorais totalement!)
De l’autre côté, il y a des activités plus polluantes que d’autres. Les bateaux de croisière ont été dénoncés par des ONG pour leur pollution atmosphérique. Tandis que découvrir les rizières du nord du Vietnam à pieds avec une guide locale est une expérience enrichissante totalement respectueuse de l’environnement.

Conseils pour se passer de plastique et de déchets en voyage

 

Le plus gros ennemi c’est lui: le plastique! Chaque année, huit millions de tonnes de déchets plastiques sont déversés dans les océans autour du globe. Il est partout, des îles paradisiaques, comme les Maldives aux zones naturelles, telle la Baie d’Halong. Il est donc important de diminuer sa consommation de plastique. 

Ceci dit, faire attention au tri des déchets et éviter le plastique lorsque l’on est chez soi, c’est normal, mais en voyage tout semble plus compliqué…
De nombreux voyageurs préparent leur “trousse zéro déchet” qu’ils prennent lors de leurs voyages.
Voici une liste d’idées de matériel que l’on peut emporter avec soi pour limiter les déchets plastique:

 ☑ Récipient en verre et couverts
 ☑ Des mouchoirs en tissu;
 ☑ Pailles en bambou pour pouvoir prendre un cocktail sans culpabiliser (Chaque année en France, ce sont 3,2 milliards de pailles qui sont utilisées puis jetées, rien que dans l’industrie du fast-food);
☑ 
Une bouteille filtrante en verre ou inox – ou une gourde – pour boire de l’eau du robinet (et éviter d’acheter des bouteilles en plastique)
S
avon solide (il en existe de multi-usages);
Shampoing solide (pour en finir avec les flacons de shampoing en plastique);
D
entifrice solide;
☑ D
es cotons démaquillants lavables;
☑ Un oriculi (un nettoyeur d’oreilles écologique)
☑ Pour les filles: une cup menstruelle et des serviettes hygiéniques lavables;

»Petit conseil: Il ne faut pas avoir peur de refuser le suremballage. Si vous n’avez pas besoin du sachet en plastique que l’on vous donne, ne le prenez pas.

Image de couverture du National Geographic “Planet or Plastic?” (été 2018)

 

Les pailles en plastique sont le déchet que l’on retrouve le plus dans les océans

 

A suivre…

Cette liste (et donc cet article) n’est pas exhaustive et peut être complétée et/ou critiquée… Elle a pour but d’initier le débat avec d’autres voyageurs 🙂

Si toi aussi tu as écrit sur le sujet, fais-moi signe !

 

Avez-vous déjà adopté une attitude écologique et responsable ?
Avez-vous d’autres conseils à partager?

More from Florence - Reporter on the road

Conseils pratiques pour voyager éco-responsable

Le monde change, les manières de voyager aussi. Je souhaite apporter quelques...
Read More

6 Comments

  • C’est un sujet super important, moi aussi j’ai réalisé l’impact de mes voyages sur l’environnement et depuis j’essaye de prendre le train ou faire des covoit, plutôt que de prendre l’avion à tout va. Comme tu dis, il y a plusieurs éléments à prendre en compte, je pense que le choix de la destination est primordial. Si on choisit de partir loin, on peut moins facilement y aller par la voie terrestre.
    Laura

    • Salut Laura! Merci pour ton commentaire. Je suis tout à fait d’accord avec toi, le choix de la destination est le premier élément à prendre en compte! Cette année, j’essaye de privilégier la découverte des alentours, de la Belgique, la France, l’Europe. Il ne faut pas forcément partir loin pour être dépaysés et pour voir de belles choses 🙂

  • Je fais signe, j’ai écrit là dessus aussi ! Haha plus sérieusement je trouve que ça fait du bien de lire ça, j’ai l’impression de voir une prise de conscience gagner lentement le monde du voyage, pour tendre vers un mode de vie plus responsable. J’adore toujours autant lire des articles qui parlent de tourisme écoresponsable. C’est pas facile d’écrire sur le sujet, on a l’impression qu’il faut être irréprochable, alors que des erreurs on en a fait et on en fait encore. Mais si tous les voyageurs appliquent peu à peu ce genre de conseils et qu’on reste bienveillants, je pense bien qu’on va réussir à explorer notre beau monde sans l’abîmer. En tout cas moi c’est le voyage qui m’a fait le plus réaliser l’importance de protéger l’environnement, chez moi comme en voyage 🙂

    • Hello Sarah 🙂 Merci de me faire signe, je vais ajouter ton blog à la liste pour les futurs lecteurs de passage par ici. Je ressens aussi cette tendance de prise de conscience, de grand éveil de la part des citoyens… Mon mode de vie n’est pas irréprochable et ne le sera probablement jamais, mais j’ai réalisé que je pouvais faire de petits gestes et refuser (ce dont je n’ai pas besoin, le suremballage, les voyages non écolos,…), donc j’essaye d’y faire attention et de privilégier autre chose! Super contente de voir que le sujet te parle ! 🙂

      • Oui le sujet me parle beaucoup, et c’est sûr qu’on ne sera jamais irréprochables, mais si on arrivait tous à être plus écoresponsables, même imparfaits, on ira sans doute quelque part ! Donc pareil, j’essaie d’être plus indulgente et de faire des efforts partout où je le peux 🙂

  • Coucou Florence !
    Je remercie Laetitia de Kikimagtravel d’avoir partagé ton article et m’avoir fait connaître ton blog 🙂
    Déjà, je trouve la mise en page de l’article vraiment ludique, ça donne envie de lire ! Ensuite, c’est plein de petits conseils tous bêtes mais si important que tu donnes ou rappelles, merci ! Je complèterais la liste anti-plastique par un tote-bag : tellement pratique et ça évite grand nombre de sacs pour rien !
    A bientôt 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *