Bromo Kawah Ijen Java Indonésie volcans

Indonésie: Sur les volcans Bromo et Kawah Ijen à Java

Le Kawah Ijen et le Bromo sont deux volcans actifs et emblématiques situés sur l’île de Java, en Indonésie. Le Kawah Ijen, qui signifie cratère vert, est un volcan explosif actif avec comme cratère un lac acide réputé pour être le plus acide du monde. Le Bromo est un volcan actif entré en éruption pour la dernière fois en 2015, entouré de plusieurs autres volcans et, ensembles, ils forment un paysage unique et magique surtout au lever du soleil avec la brume matinale.
Après avoir passé plus de 3 semaines en Indonésie, j’ai clairement développé une passion pour les volcans, ces montagnes vivantes que l’on voit fumer au loin et qui sont considérées comme sacrées par les indonésiens… Je vous raconte donc ma folle expérience de 52 heures sur l’île de Java avec Indo Travel Team pour randonner sur les volcans du Kawah Ijen et du Bromo !

De Bali à l’île de Java

Initialement, je n’avais pas prévu de venir sur l’île de Java, parce qu’après avoir passé 10 jours à Lombok et plus de 2 semaines à Bali, j’ai décidé de me poser quelques semaines dans la ville de Ubud pour télé-travailler. Mais si vous me connaissez un petit peu, vous aurez compris que ce n’est pas dans ma nature de « me reposer » lorsqu’il y a tant de merveilles à voir autour de nous. J’ai donc rencontré l’agence de voyage Indo Travel Team qui propose des excursions de 52 heures depuis Bali jusqu’à l’île de Java pour découvrir les deux volcans emblématiques du pays, le Kawah Ijen et le Bromo. Après quelques échanges par email, je suis convaincue… j’y vais!

Rejoindre la partie orientale de l’île de Java (la partie Est) depuis Bali est possible depuis la voie terrestre et en prenant un ferry pour faire la traversée depuis le port de Gilimanuk jusqu’à Ketapang. La traversée dure moins d’une heure et se déroule parfaitement bien dans un très gros ferry. En partant avec Indo Travel Team, un chauffeur est venu me chercher à Ubud et m’a conduite jusqu’au port (environ 2 heures de route), où j’ai pris le bateau pour ensuite être récupérée par un autre chauffeur sur l’île de Java.
En partant vers 14h00 depuis Ubud, je suis arrivée dans le village près du Kawah Ijen vers 19h30. C’était donc une longue journée de transport mais pendant laquelle j’ai profité pour me poser (donc oui, je me repose quand même un peu 🙂 ).

 

Mon expérience sur le Kawa Ijen, à la rencontre des travailleurs de soufre

L’ascension jusqu’au volcan Kawah Ijen

Quelques heures après m’être couchée, le réveil sonne… Il est 1h50 du matin et ça pique ! Je m’habille en 5 minutes top chrono pour rejoindre un petit groupe de voyageurs (nous sommes 6 au total). Nous montons à bord d’un mini van qui démarre à 2h00 pétante. En arrivant au point de départ de l’ascension, notre guide nous équipe de lampes frontales, de vestes chaudes et d’un masque qui nous servira lorsque l’on s’approchera du cratère. Malgré l’heure matinale (enfin, c’est bien plus que matinal), l’excitation de commencer l’ascension d’un nouveau volcan me donne l’énergie pour affronter la pénombre et le froid !
L’ascension n’est pas très longue mais est quand même bien physique ! Je n’ai pas vraiment de difficulté mais il faut dire que je suis entrainée depuis l’ascension du volcan Rinjani à Lombok… Par contre, on croise quelques personnes qui sont installées dans des brouettes et se font porter jusqu’au sommet par des mineurs (les travailleurs de soufre) qui arrondissent leur fin de mois. Les scènes sont difficiles à voir parce que la montée demande une sacrée force physique à des travailleurs qui sont équipés de manière très précaires, souvent en vieilles sandales abîmées, mais notre guide – ancien mineur – nous explique que les salaires étant tellement bas, tout petit extra est le bienvenue… alors si vous croisez des mineurs, ne montez pas dans une brouette mais n’hésitez pas à tendre un petit billet qui peut aider la famille entière. Merci pour eux!

La descente jusqu’au cratère du lac

Vers 3h30 nous arrivons au point culminant du volcan et nous entamons la descente jusqu’au cratère du Kawah Ijen. C’est une toute autre expérience puisque l’on marche à présent, toujours dans le noir, sur un tout petit sentier à la file indienne au milieu des roches volcaniques… Pendant que nous sommes des dizaines (voire des centaines) à descendre le chemin, des mineurs remontent doucement le chemin en portant sur les épaules plus de 80 kilos de minerai précieux qui se forment au bord du lac d’acide. Le travail est incroyablement difficile puisque l’air devient peu à peu irrespirable (je ne tarde pas à mettre mon masque), il y a du monde qui bloque le chemin et la montée est rude. Si on ajoute à ces conditions, le fait de porter sur une épaule deux grands paniers remplis de souffre, j’ai dû mal à imaginer ce que ressentent ces travailleurs. Notre guide nous montrera plus tard les cicatrices laissées par ses 18 années de travail sur son épaule droite. En arrivant en bas il fait encore noir et on aperçoit de temps en temps les fameuses « flammes bleues » qui s’échappent des fissures et du fond du cratère. Le jour où nous y sommes, il y a du vent et on aperçoit seulement par moments ces flammes, qui sont à la fois impressionnantes mais également dérangeantes par l’odeur de soufre qui est dégagée. C’est d’ici qu’est extrait le minerai de soufre. (Si vous êtes curieux de comprendre le phénomène, cet article de Futura Sciences le décrit parfaitement)

La vue au lever du soleil sur le Kawah Ijen

Quelques instants plus tard, le soleil se prépare tout doucement à se lever et nous sort de la pénombre totale. On remonte lentement le chemin depuis le lac afin de pouvoir admirer le lever du soleil. C’est seulement vers 5h00 du matin que l’on commence à voir ce qui nous entoure et à prendre conscience de l’immensité du volcan (et de la dangerosité du chemin emprunté… parfois il vaut mieux ne pas savoir). Le soufre couvre un peu la vue mais le décor reste incroyable ! Si le temps est dégagé, il est possible de monter jusqu’à un point de vue afin de voir l’entièreté du cratère mais également d’avoir une vue sur tous les volcans aux alentours. Magnifique !

Mon expérience sur le Bromo, un lever de soleil inoubliable

L’ascension sur le cratère du Bromo

Le lendemain de l’ascension du Kawah Ijen, je me réveille dans le village de Cemorolawag, à quelques kilomètres du Mont Bromo. Le départ pour l’ascension ne commence qu’à 4h40 du matin, donc autant vous dire que j’ai l’impression de faire une grasse matinée, comparé à la veille. Pour la journée, j’ai rejoins un autre groupe de voyageurs toujours avec l’équipe de Indo Travel Team (dont je vous parle plus bas). Après nous être équipés de tout le matériel dont nous avons besoin, on monte à bord d’une jeep qui nous conduit jusqu’au pied du mont Bromo dans la pénombre. Équipés de petites lampes de poche, on monte à la file indienne jusqu’au cratère du volcan… Nous sommes les seuls à ce moment-là, on dirait que la majorité des voyageurs et des tours préfèrent observer le lever du soleil depuis un point de vue qui se situe à quelques kilomètres du volcan. Nous, on va aller le voir depuis le volcan lui-même. Pendant l’ascension, on est accompagné par les sifflements et les crépitements du volcan en bruit de fond. Il fait noire donc on ne le voit pas mais on imagine que le cratère est juste là, à côté de nous, et il doit faire bien chaud… Au fur et à mesure que l’on monte on profite du ciel qui commence tout doucement à rougir et on commence lentement à prendre conscience de ce qui nous entoure.  Ce n’est qu’une fois arrivés sur le cratère (après une heure de marche) que je réalise que le bruit du cratère n’était pas si loin mais juste là, à côté de nous, et qu’il y a de la fumée ! C’est impressionnant: je suis impressionnée et j’ai peur à la fois… Dire que 600 mètres plus bas, il fait plus de 700 degrés !

Nous sommes donc tout seuls sur le cratère pour profiter du lever du soleil et de ce paysage ! Les autres voyageurs ne viendront que plus tard, après avoir assisté au lever du soleil depuis le point de vue réputé. En faisant le tour à l’envers, on profite de l’expérience seuls et, honnêtement, ça rend le moment encore plus incroyable ! Le décor ici est quelque chose de vraiment unique !

Le point de vue sur le Bromo

En fin de matinée, nous reprenons notre jeep pour nous rendre au point de vue afin de profiter du paysage d’un peu plus haut avec la vue sur cet ensemble de volcans. Il y a beaucoup de fumée qui sort du Bromo ce qui rend le ciel est peu encombré mais le décor est waouh ! Je n’ai pas grand chose à dire si ce n’est de vous montrer en image…

Mon avis sur les deux volcans: Kawah Ijen et Bromo

Je garde un merveilleux souvenir de la découverte de ces deux volcans mais j’aimerais quand même vous partager quelques réflexions.
L’ascension et la visite des volcans Kawah Ijen et Bromo est plus une activité touristique qu’une activité sportive. On y vient pour voir le paysage et les décors incroyables mais pas vraiment pour la sensation de faire l’ascension d’un volcan avec comme récompense la vue au sommet. C’est une expérience hors du commun mais j’ai peut-être un peu regretté l’absence de cet aspect « privilégié » que peut offrir la randonnée.
En conséquence, ce ne sont pas des lieux secrets et il y a beaucoup de monde (surtout sur le trajet jusqu’au lac du Kawah Ijen). Rien d’insurmontable mais il vaut mieux s’y attendre.

Concernant la forme physique, il faut savoir que si l’on vient de Bali, on a presque 24 heures de route sur 3 jours (ce qui est très long) et que l’on dort très peu durant ces journées puisque les randonnées sur les volcans se font de nuit. C’est donc à privilégier si on peut se reposer avant et après l’expérience. Je suis contente de l’avoir fait sinon je n’aurais pas eu l’occasion de voir ces deux volcans emblématiques d’Indonésie, toutefois, ce n’est clairement pas ma manière de voyager puisque cela ne m’a pas donné l’occasion de rester plus longtemps, de prendre mon temps, d’établir un lien avec les locaux… Bref, c’est clairement tout le contraire du « slow travel ». Par contre, je ne regrette absolument pas et je le recommande aux voyageurs et voyageuses qui planifient de continuer leur voyage (ou qui sont déjà) sur l’île de Java.

Comment organiser la visite sur les deux volcans à Java ?

Idéalement, l’île de Java mérite que l’on y passe plusieurs jours voire même plusieurs semaines. Mais si, comme moi, vous êtes à Bali pour une longue durée et que vous aimeriez vraiment ne pas manquer ces deux incontournables d’Indonésie, alors voici une solution: Un voyage de 52 heures à Java, à la découverte du Kawah Ijen et du Bromo proposée par Indo Travel Team !

Indo Travel Team est une agence locale, créée par un français vivant en Indonésie depuis des années. Leur force: nous faire vivre une expérience sans faire « comme tout le monde ».
Ils prennent en charge le trajet depuis Uluwatu, Canggu, Ubud et Munduk jusqu’à Java. Si vous êtes déjà sur l’île de Java ou que vous souhaitez y rester, vous pouvez également faire appel à Indo Travel Team (et c’est d’ailleurs ce que je recommande pour éviter de faire l’aller-retour vers Bali sans découvrir l’île de Java). J’ai trouvé que l’organisation, les contacts et les 2 guides qui nous ont accompagnés étaient vraiment au top, passionnés et toute l’équipe considère nos attentes et nos besoins en priorité. Je les recommande !

 

Pour découvrir la suite de mon voyage en Indonésie, rendez-vous sur cette page

 

Vous avez d’autres questions ?
N’hésitez pas à me laisser un commentaire et j’y répondrai avec plaisir 🙂

More from Florence
Bruxelles: Balade au Bois de Hal au printemps (Hallerbos)
Chaque année, entre la mi-avril et début mai, le bois de Hal...
Read More
Join the Conversation

4 Comments

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. says: Amal

    Merci pour cet article.
    Svp quand est ce que vous avez fait l’ ascension du mont ijen? Car d’ après ce que j’ ai lu, les dernieres réglementations ne permettent plus d’ arriver à temps pour voir les flammes Bleus ? 😔

    1. says: Florence - Reporter on the road

      Bonjour Amal, je suis allée au mont Ijen en 2022 et en 2023 (octobre) et les flammes bleues étaient toujours là, il me semble. Par contre, la deuxième fois j’ai décidé de ne pas y aller puisque c’est un phénomène créé pour le « tourisme » alors que des mineurs travaillent difficilement sur le lieu. Je ne conseille pas forcément d’aller les voir mais chacun est libre bien sûr 🙂

  2. says: Laurie BOLZONI-COLIN

    Bonjour,

    Merci pour votre récit qui donne vraiment envie de voir tout ça !
    Petite question : vous parlez de télé travailler à Ubud… Est-ce que c’est facile de trouver une bonne connexion internet sur Bali ? Mon conjoint doit avoir une visioconférence (oui pendant nos vacances…. 😅) qu’il ne peut pas louper, et cela conditionne notre temps passé sur Bali et ses alentours. Autrement dit ‘es vacances seront écourtées si pas de bonne connexion… 😕

    1. says: Florence - Reporter on the road

      Bonjour Laurie, j’ai travaillé plusieurs semaines à Bali sans aucun soucis. La connexion internet est très bonne aux endroits prévus pour travailler (comme les espaces de co-working ou les cafés-work space). C’est aussi possible de prendre une carte SIM locale avec des data illimités pendant 15 ou 30 jours, et dans ce cas de se connecter via le partage de connexion. Donc, vous pouvez y aller les yeux fermés 🙂
      Et il en va de même pour découvrir les volcans (Bromo et Kawah Ijen) sur l’île de Java.