Conseils pour voyager éco-responsable

Le tourisme peut avoir de lourdes conséquences pour l’environnement et pour l’économie locale.  Principalement, le tourisme de masse incontrôlé représente une menace pour la nature car il entraîne une gestion négligée des déchets, une surconsommation des ressources naturelles et également une hausse de la pollution. De plus, ce type de tourisme est loin de contribuer à l’enrichissement des régions ou des pays visités car, bien souvent, ce sont des tours opérateurs étrangers qui organisent les voyages. Face à ces constats, il y a de quoi s’interroger sur les bienfaits du voyage.  Est-ce que voyager et protéger la planète sont incompatibles ?  La question me taraude depuis plusieurs mois…

Le sujet me tient à coeur, mais surtout j’aimerais savoir: Comment est-il possible de continuer à voyager – comme on le fait aujourd’hui – tout en protégeant l’environnement, ou du moins sans aggraver l’état de notre planète, et sans avoir un impact négatif pour le pays et les populations locales que l’on visite ?

Une piste de solution: En voyageant de manière écologique et responsable.

Eco-tourisme ? Voyage responsable? Ça veut dire quoi?  

➵ L’éco-tourisme est le tourisme qui limite au maximum l’impact sur l’environnement des visiteurs. Ce sont les voyages qui tentent d’être plus respectueux envers l’environnement et de ne pas laisser une empreinte écologique trop importante (pollution due au transport, au mode de vie, aux déchets produits,…). L’éco-tourisme est un modèle alternatif du tourisme traditionnel qui consiste à donner une expérience plus « verte ».
➵ Le tourisme responsable tient compte de la situation et de l’environnement local dans lequel on se rend. Il inclut des actions de sensibilisation des visiteurs aux enjeux pour la protection de la faune, de la flore et de la population locale d’un pays ou d’une région. Le tourisme responsable est donc différent du tourisme de masse et vise à voyager tout en préservant la nature et respecter les pays et les populations locales…

Et concrètement, qu’est-ce que ça signifie?

Un voyageur éco-responsable est un voyageur qui tente d’adopter une attitude écologique et responsable lorsqu’il ou elle  voyage, donc d’avoir un impact minime sur l’environnement et un impact positif sur les populations locales. Il n’y a pas une seule et bonne façon de le faire. Est-ce que ça demande beaucoup de sacrifice? Tout au contraire ! Dans cet article, vous trouverez plusieurs conseils et idées pour voyager autrement. C’est principalement Amélie, blogueuse à Green September qui m’a partagé son expérience et ses conseils (Je vous la présente plus bas, à travers une interview et ses conseils pour voyager écolo).

Les impacts négatifs de l’industrie du tourisme se manifestent quand le niveau de l’impact environnemental des touristes est supérieur à la capacité de l’environnement à s’y adapter.

Dans cet article je reprends des conseils pratiques pour celles et ceux qui souhaitent changer leur attitude de voyage !

Les gestes à adopter pour voyager de manière écologique et responsable

Avant le départ 

Il est important de s’informer sur sa destination avant de partir. D’un côté s’interroger sur la politique environnementale du pays peut permettre de savoir à quoi s’attendre au niveau des déchets, de la qualité de l’air et de l’eau (par exemple, est-ce qu’il y a de l’eau potable ou faut-il prévoir de prendre une gourde filtrante avec soi pour éviter de devoir acheter des bouteilles en plastique?).
De l’autre côté, se renseigner sur le type de gouvernement qui est au pouvoir ou sur la situation politique du pays peut permettre d’être au courant d’éventuelles injustices pour les citoyens du pays en question ou d’éventuelles violations des droits de l’homme,…
Chaque voyageur est libre de choisir sa destination, mais le voyageur éco-responsable est un voyageur averti qui tâchera à ne pas avoir un impact négatif sur les populations locales (Est-ce que j’ai envie d’aller dans un parc aquatique si je sais que le pays est ravagé par une grande sécheresse?).  

Sur place 

Voyager signifie découvrir d’autres lieux, d’autres modes de vie mais aussi sortir de sa zone de comfort.  C’est important de respecter la culture de l’autre et son environnement. L’idéal serait d’être curieux, ouvert d’esprit et, surtout, tolérant face aux coutumes et aux traditions des gens que l’on rencontre à l’étranger. Dans chaque région du monde, les gens ont leur propres habitudes, leur propre « normalité ». Il faut éviter de juger en référence à ses propres valeurs et arrêter de croire que ses propres habitudes sont les meilleures. Personnellement, j’ai toujours eu beaucoup de mal à comprendre et accepter les « mariages arrangés ». Pourtant, après avoir vécu en Inde, j’ai très vite compris que le mariage arrangé était la norme dans la culture indienne, comme dans beaucoup d’autres pays du monde. Alors, même si cette tradition me paraissait outrageuse, j’ai appris à ne pas juger; je me suis intéressée au sujet et j’en ai discuté avec beaucoup d’indiens pour en savoir davantage. On peut, bien évidemment, ne pas être d’accord avec cette coutume mais il faut être conscient que notre vision du monde n’est pas la seule et est loin d’être « la meilleure ». Cela vaut pour beaucoup d’autres traditions. L’ouverture d’esprit et la curiosité sont les maîtres mots.



Pour se déplacer

Une fois que l’on est sur place, on a différentes manières de se déplacer pour visiter une région ou un pays. Ca peut paraitre très tentant de voir le plus possible en un minimum de temps, et pourtant… Prendre le temps de découvrir chaque endroit c’est se donner une chance d’apprécier davantage le lieu en question. C’est aussi se donner une chance de pouvoir rencontrer les populations locales, de leur montrer que l’on veut les rencontrer et pas seulement rapporter les plus belles photos Instagram. Privilégier le vélo ou ses pieds lorsque l’on est sur place, ou les transports en commun et le co-voiturage, permet d’éviter une voiture de plus (et si vous êtes en voyage dans une ville Asiatique, vous comprenez toute l’importance)
» Et l’avion? L’avion est parfois le seul moyen disponible pour se déplacer et on ne peut pas l’éviter. L’idéal serait d’éviter de prendre l’avion pour de très courts séjours (type un week-end par ci ou par là) ou pour des distances qui peuvent facilement se faire en train, par exemple. (Oui, c’est un gros défi! D’ailleurs, si vous avez une expérience positive à partager sur le sujet, je suis toute ouïe)

Pour manger

C’est un point qui peut paraitre banal et pourtant l’alimentation joue un rôle fondamental dans l’écologie et la responsabilité d’un voyageur. Lorsque l’on est à l’étranger, il serait presque obligatoire de manger local (quelle tristesse de s’arrêter chez Burger King alors que le petit restaurant du coin de la rue prépare les meilleurs plats typiques de la région!). Non seulement, c’est meilleur mais en plus ça permet de faire vivre l’économie locale (et non pas une chaîne de restauration millionaire): C’est du gagnant-gagnant!  En plus, il y a beaucoup plus de chance qu’en mangeant local on vous propose des aliments de saison, alors autant profiter d’être au Brésil pour manger des bananes brésiliennes ou d’être en Nouvelle Zélande pour manger des kiwis néo-zélandais (oui je sais, les stéréotypes!).


 

Quelles activités? 

Le choix des activités a aussi toute son importance car il a un impact direct sur l’économie locale et sur l’environnement. De manière générale, les activités à privilégier sont les activités locales. En choisissant des activités locales, organisées par des gens sur place, on s’offre une chance de rencontrer la population locale, de pouvoir partager des expériences et des avis.  Encore faut-il que ces activités ne nuisent pas à la vie des habitants locaux ou ne maltraitent pas les animaux.
Les balades en éléphant, très populaires en Thaïlande par exemple, ont été pointées du doigts par de nombreux voyageurs et défenseurs d’animaux puisqu’elles cachent une réalité très cruelle pour les éléphants. Il en va de même pour les bébés tigres que l’on peut nourrir et caresser dans une cage. (Je dois avouer qu’il y a quelques années, je l’ignorais totalement!)
De l’autre côté, il y a des activités plus polluantes que d’autres. Les bateaux de croisière ont été dénoncés par des ONG pour leur pollution atmosphérique. Tandis que découvrir les rizières du nord du Vietnam à pieds avec une guide locale est une expérience enrichissante totalement respectueuse de l’environnement.

 

Conseils pour se passer de plastique et de déchets en voyage

 

Le plus gros ennemi c’est lui: le plastique! Chaque année, huit millions de tonnes de déchets plastiques sont déversés dans les océans autour du globe. Il est partout, des îles paradisiaques, comme les Maldives aux zones naturelles, telle la Baie d’Halong. Il est donc important de diminuer sa consommation de plastique. 

Ceci dit, faire attention au tri des déchets et éviter le plastique lorsque l’on est chez soi, c’est normal, mais en voyage tout semble plus compliqué…
De nombreux voyageurs préparent leur “kit zéro déchet” qu’ils prennent lors de leurs voyages.
Voici une liste d’idées de matériel que l’on peut emporter avec soi pour limiter les déchets plastique:

 ☑ Un récipient en verre et des couverts
 ☑ Des mouchoirs en tissu;
 ☑ Des pailles en bambou pour pouvoir prendre un cocktail sans culpabiliser (Chaque année en France, ce sont 3,2 milliards de pailles qui sont utilisées puis jetées, rien que dans l’industrie du fast-food);
☑ 
Une bouteille filtrante en verre ou inox – ou une gourde – pour boire de l’eau du robinet (et éviter d’acheter des bouteilles en plastique)
☑ U
n savon (il en existe de multi-usages);
☑ Un shampoing solide (pour en finir avec les flacons de shampoing en plastique);
☑ U
n dentifrice solide;
☑ D
es cotons démaquillants lavables;
☑ Un oriculi (un nettoyeur d’oreilles écologique)
☑ Pour les filles: une cup menstruelle et des serviettes hygiéniques lavables;

»Petit conseil: Il ne faut pas avoir peur de refuser le suremballage. Si vous n’avez pas besoin du sachet en plastique que l’on vous donne, ne le prenez pas.

Image de couverture du National Geographic « Planet or Plastic? » (été 2018)

 

Les pailles en plastique sont le déchet que l’on retrouve le plus dans les océans

Cette liste de conseil n’est pas exhaustive mais a pour objectif d’être complétée au fur et à mesure de mes voyages et grâce à vos différents commentaires et conseils. J’espère qu’elle pourra aider tous les voyageurs, petits et grands. Parce qu’il ne faut pas oublier que chaque geste compte !

 

 

Je remercie beaucoup Amélie – The Green September – pour ses nombreux conseils et pour m’avoir appris énormément sur le sujet.  Amélie a 28 ans et vient d’Annecy (France). Elle est blogueuse à ses heures perdues pour « Green-September » où elle parle de voyage responsable, tourisme durable et végétarisme. Bref, l’endroit idéal pour puiser pleins de conseils sur ce sujet !
Amélie a accepté de partager son expérience sur le voyage éco-responsable. Elle prépare d’ailleurs un petit guide « Mon bagage de voyageuse responsable » qui sera en téléchargement sur son blog prochainement ! 

Bonjour Amélie! Tout d’abord, explique nous, pourquoi est-ce important de voyager de manière éco-responsable ?

« Bonjour Florence! Alors disons que j’ai toujours eu une conscience écologique mais en grandissant c’est devenu de plus en plus fort. Il m’est impossible de fermer les yeux sur mon impact sur l’environnement. Chaque action a son importance et c’est à chacun de se donner une discipline à ce sujet si nous voulons laisser un monde meilleur aux générations futures.  Si nous continuons à agir égoïstement, il n’y aura pas de générations futures ou elles vivront dans des conditions déplorables. Ce n’est personnellement pas l’avenir que je souhaite à l’humanité. » Amélie Green-September

Est-ce que les voyages éco-responsables demandent beaucoup de contraintes et restrictions vis à vis de certaines destinations ?

« Je m’informe toujours sur ma destination, je fais des recherches poussées et j’essaye de prendre ma décision en connaissance de cause. Certains pays sont loin d’accorder les mêmes droits qu’en France, mais vivent grâce au tourisme alors il faut avoir conscience de l’impact économique que peut avoir le boycott d’une destination.
Je ne boycotte donc aucune destination, par principe, mais en fonction de mes recherches, je privilégierais une autre destination ou j’adapterais mon comportement sur place pour essayer d’apporter le maximum de valeur ajoutée. » Amélie

Penses-tu que les voyages et la protection de la nature sont compatibles ?

« Oui, je préfère être optimiste et me dire que si chacun pouvait se responsabiliser, nous aurions moins de problèmes. la plupart des déchets qui polluent les plages, les rues, les océans etc… sont générés par les humains qui prennent la nature pour une poubelle.
Et si vous voyez un déchet à côté de vous sur une plage, plutôt que d’affirmer haut et fort « les gens sont sales », prenez le déchet et jetez-le à la poubelle ! chaque geste compte. »

 

 

J’ai décidé de rédiger cet article après avoir pris conscience de l’impact du tourisme et du voyage. Le sujet est coeur des débats politiques, scientifiques et citoyens. Même s’il est indispensable que les gestes environnementaux soient globaux et que des mesures politiques soient mises en place aux quatre coins du globe, chacun peut jouer un rôle.
Le plus important c’est de prendre conscience de l’importance de l’enjeu. Il ne s’agit pas d’arrêter de voyager ou encore moins de culpabiliser pour l’un ou l’autre voyage (pas trop écolo), mais simplement de porter un regard nouveau sur ce qui nous paraît si évident. Voilà pourquoi j’ai voulu rassembler un maximum de conseils éco-responsables pratiques et faciles à adopter pour tous les voyageurs… En espérant qu’ils puissent être utiles 🙂 Et pourquoi pas vous ?

 

  • Pour toutes les infos sur le boom touristique du 21ème siècle, voir le site de l’Organisation Mondiale du Commerce ici et ses infographies ici
  • Un article très intéressant sur l’éco-tourisme et les dangers du tourisme de masse incontrôlé: Ressources et environnement « Le tourisme, la pollution et l’éco-tourisme »

 

Partagez votre expérience !

Et vous, quel type de voyageur êtes-vous?
Est-ce que vous avez des conseils pour réduire l’impact sur l’environnement lorsque vous êtes en voyage? Est-ce que vous trouvez que c’est important? 

 

Written By
More from Florence

Roadtrip en Croatie : de Dubrovnik à Plitvice

En septembre 2017, j’ai eu l’occasion de faire un roadtrip de huit jours...
Read More

2 Comments

    • Salut Arnaud 🙂 Merci beaucoup pour ton commentaire ! Je suis d’accord avec toi, ce n’est pas facile et ça demande pas mal d’effort, mais je pense qu’il suffit d’y aller petit pas par petit pas. Personnellement je suis au stade de la prise de conscience… C’est déjà un bon début 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *